vendredi 24 novembre 2006

Crous 2006 : le 28 Novembre, faites le bon choix.

Il est toujours bon d'établir un rapide rappel des faits.


Le 21 mars dernier, alors que la crise du CPE défrayait la chronique et débrayait nos facs, les étudiants de l'Académie de Lyon ont été conviés à élire leurs représentants au CROUS.
Malgré les blocages à Lyon 2 Bron par exemple, le taux de participation fut d'environ 5% (7632 votes exprimés pour être précis), soit autant qu'en 2002.

Et pourtant.
Alors même que l'UNEF appelait à bloquer les facs dans toute la France et à boycotter les élections, le syndicat présenta tout de même sa liste tout en sachant par avance que ce double rôle lui coûterait cher.

En effet, le résultat fut sans appel et notre syndicat de gauche préféré se retrouva avec un unique élu.
Tout de suite, nous n'oublions pas que pour chaque élu siégeant, l'Etat subventionne l'association à hauteur de 100 000 euros environ, l'Unef touchait depuis 2004 426000 Euros par an (source : site de l'Unef).
Ajoutons à cela le vol de deux urnes dans notre Académie et la disparition de 270 enveloppes contenant le vote d'électeurs. Nous vous laissons réfléchir sur l'interrogation suivante : de qui pourrait provenir un tel acte ?
Les "fermetures" étranges de 7 bureaux sur les 86 seraient également à prendre en compte, sans compter les intimidations subies par les personnes désirant prendre part au vote.
Notez tout de même qu'il est possible pour un étudiant de voter dans n'importe quel bureau de l'Academie avec sa carte.

Bref. L'Unef a les mains sales dans cette histoire de près comme de loin.
En portant le dossier devant le Tribunal Administratif de Lyon (comme dans toute la France), l'Unef montre une fois de plus que ses priorités se rapprochent plus de l'argent que de la démocratie.
Après tout, pourquoi ne pas demander l'annulation des élections de 2002 vu que le taux de participation était le même ?
Tout en se permettant de critiquer constamment la société et l'université par les méthodes que l'on connaît, l'Unef obtient donc l'annulation des élections CROUS du 21 Mars 2006, sans préciser le coût de l'organisation de ce nouveau scrutin.


Parce que le respect de la démocratie est la règle d'or de notre société ;
Et parce que le vote des étudiants ne doit pas être bafoué par quiconque et encore moins par une association censée les représenter.


Pour ces raisons, le 28 novembre, je vote tout sauf UNEF.


Lire le jugement ici (.doc)

13 commentaires:

  1. Et pourquoi pas tant qu'à faire dire que l'Unef est responsable du trou dans la couche d'ozone !

    Tout d'abord, si l'Unef n'a certes pas condamnée les blocages, ce n'est pas l'Unef qui a bloqué les facs mais des AG représentant des étudiants loin de se limiter aux sympathisants Unef.
    Ensuite, si l'Unef a demandé l'annulation des élections du Crous, c'est parce que de nombreux étudiants n'ont pas pu voter. Et notamment parce que Lyon 3 a refusé de laisser entrer les étudiants de Lyon 2 (électorat plus favorable à l'Unef en principe) venus votés. Je ne nie pas que le jour même des élections certains éléments sont venus aussi pour manifester leur hostilité au CPE mais la plupart venaient surtout pour voter.
    Enfin, comment expliques-tu que plusieurs tribunaux aient décidé d'annuler les élections ? A moins que tu remettes en cause l'impartialité et l'indépendance de ces derniers ?

    RépondreSupprimer
  2. JeanMoulinLeVrai24/11/06 21:18

    Cher Unef,

    Pour ta gouverne personnelle, l'age de pierre est révolu depuis fort longtemps et le soviétsime a pris fin il y a maintenant presque 20 ans alors revoit ta culture générale et sache que dans une démocratie moderne une AG représentative des étudiants n'existe pas si les mesures de publicité ne sont pas assurées et si le vote ne se déroule pas à bulletin secret. Or je n'ai pas de souvenirs m'assurant que ces deux conditions aient été assurées lors des AG de l'an dernier autrement dit celles-ci ne sont en aucun cas représentatives des étudiants mais simplement l'expression de l'archaisme et de l'extrémisme de certains.
    Quant à la décision de tribunal administratif, encore une fois je te conseillerai de prendre tes bouquins de droit, si jamais t'étudies et que c'est pas trop fatiguant, parce que pour ta gouverne, dans un tel type de contrôle, le juge administratif exerce simplement un contrôle minimun autrement-dit il se borne simplement à vérifier si les faits relatés sont effectivement de nature à remettre en cause la question litigieuse. En clair il n'avait pas à vérifier quand, pourquoi, par qui et comment les blocages mais il a juste constater que les blocages et les vols étaient bien de nature à remettre en cause les élections et à déclarer l'annulation des élections.
    Au lieu de battre le pavé travaille ca te sera bcp plus utile que ton militantisme futile. La seule précarité qui existe réellemnt est la précarité intellectuelle.

    Amicalement :
    JeanMoulinLeVrai

    RépondreSupprimer
  3. D'une part, je n'ai jamais dit que les AG étaient forcément représentaives. J'ai simplement dit qu'on ne pouvait pas imputer le blocage uniquement à l'Unef et même loin de là.
    D'autre part, je pense plutôt que c'est toi qui te crois encore au temps de la guerre froide en accusant tout le temps tes détracteurs de soviétisme ou de stalinisme... Il faudrait penser à changer un peu de disque.
    Dernière chose, si, en toute logique, votre cher ministre avait décidé du report des élections, il n'y aurait pas eu de coûts supplémentaires dus à un nouveau scrutin.

    RépondreSupprimer
  4. JeanMoulinLeVrai25/11/06 11:43

    Mais pourquoi aurait il reporter les élections ?
    Encore une fois travaille au lieu de battre le pavé. Dans un état de droit normalement constitué il n'est pas possible de se fonder sur une situation illégale à laquelle on a soi-même participé.
    Or à ce que je sache le blocage des universités et la prise en otage de la France qui bosse par la france qui bulle est une situation illégale sur laquelle personne ne peut se fonder pour justifier d'une demande sauf pour ceux qui en sont directement victimes.
    Alors excuse-moi mais tu comprends que l'Unef était mal placée pour demander le report des élections quand son président même prêchait le blocage etle débrabayage de toutes les Universités de France et de Navarre.
    "Nul ne peut invoquer sa propre turpitude".
    Ou alors si c'est le cas sache que pour mai 2007 on sera nombreux à bloquer les mairies pour demander le report des élections présidentielles jusqu'au moment qu'on jugera le plus propice.
    L'état de droit selon l'Unef est décidemment quelque chose que j'ai du mal à comprendre.
    Vive la Démocratie, Vive la France.

    Amicalement :
    JeanMoulinLeVrai

    RépondreSupprimer
  5. Attention, il va invoquer le droit de "grève" (notez les guillemets).

    Anonyme, tu cherches à blanchir l'Unef dans cette histoire alors qu'elle en la principale responsable de ce qui s'est passé. Bien sur il y a eu vos potes plus radicaux on va dire d'extreme gauche qui occupaient des universités, et encore à Lyon 2 il y avait des gens de l'unef.
    Alors que cherches-tu à nous dire ?
    Que grace à vous on va recommencer un vote dont le taux de participation est quasi identique à celui de 2002 ?
    Et si vous aviez eu le même nombre d'élus est-ce que votre démarche autait-été la même ?
    A force de toujours tout remettre en cause, vous faites un peu n'importe quoi en pretextant defendre des droits qui n'ont pas lieu d'être, vu qu'a la base, vous ne respectez rien.

    RépondreSupprimer
  6. Juste une question, vous me parlez tous du taux de participation qui était identique en 2002. Est_ce que quelqu'un aurait les chiffres officiels ? Merci.

    RépondreSupprimer
  7. D'apres Wikipedia et Google

    Taux de participation aux élections du Crous :

    2002: 5,53%
    2004: 8,12%
    2006: 4,41%

    Mais pourquoi ne réponds-tu pas à aux messages précedents ?

    RépondreSupprimer
  8. Merci. J'observe donc que si la participation n'a que faiblement baissé par rapport à 2002, elle a été divisée par deux par rapport à 2004. Tout dépend donc de l'année de référence.
    Pour information, je ne suis pas à l'Unef. C'est juste qu'en lisant cet article j'ai voulu défendre le syndicat sur le dos duquel on a l'impression que vous mettez tous les maux de la Terre.
    Je ne peux donc pas répondre à la question de savoir si l'Unef avait eu le même nombre d'élus, elle aurait fait la même démarche. En tout cas, j'aurais souhaité qu'elle le fasse.
    En tout cas, pour moi le simple fait que des étudiants ne puissent pas voter justifie que les élections soient annulées.
    J'ai d'ailleurs du mal à comprendre pourquoi il était si difficile d'accepter de reporter les élections de quelques mois. Cela n'aurait pas changé grand chose et le climat aurait été plus serein.

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas une volonté de mettre tous les maux de la terre sur l'Unef, mais simplement des constats sur leurs actions à l'Université.
    Tout est verifiable.
    Pour le nombre d'elu, je suis convaincu qu'elle n'aurait pas demandé l'annulation des élections car, il a été avancé la "faible participation" de cette année, or c'est quasi la même qu'en 2002 et il n'y a eu aucun litiges sur cette année. Etrange non ?
    De plus, si certains étudiants ne pouvaient pas voter, ils pouvaient sans problemes se rendre dans l'un des autres bureaux de vote ouverts.
    Certes l'entrée à Lyon 3 était "filtrée", et alors ? Est-ce qu'un étudiant de Lyon 2 Bron qui voulait voter allait obligatoirement se diriger vers la manufacture ? Il y a plus pres il me semble, et plus pratique.
    Pour t'en convaincre, je t'invite à regarder la liste des bureaux de vote ouverts sur Lyon cette année (consultable sur le site Crous Lyon).
    Je les ai comptés pour toi, il y en a 61 rien que sur Lyon. Tous n'étaient evidemment pas bloqués en mars dernier.
    Si vraiment les étudiants de Lyon 2 voulaient voter, ils le pouvaient avec un brin de motivation, mais le taux de participation étant traditionellement bas, j'ai des doutes.
    Il y a beaucoup de choses à dire et à redire sur ce qu'il s'est passé (comme le vol de 2 urnes par un militant anti-cpe sur Lyon), je pense d'ailleurs que c'est pour cela que l'Uni demande l'ouverture d'une enquête parlementaire sur ces sujets.
    Pour finir, l'Unef semble se moquer totalement du coût que peut engendrer le fait de refaire de telles élections (coût humain et evidemment financier), bizarre quand même pour une organisation assez portée sur l'usage de l'argent public.
    Voila, cher anonyme.

    RépondreSupprimer
  10. Il y a de fait eu une situation anormale puisque le déroulement classique de la camapgne a été troublé par la crise du CPE.Il est donc logique que la justice redemande un vote.

    Ensuite je ne comprend pas cette haine de l'UNEF:C'est tout de même normal que cette organisation puisse se présenter aux étudiants.

    RépondreSupprimer
  11. Cher Laurent

    Si il y a eu une situation "anormale", c'est bien qu'il y a une raison. Certains vont dire la mobilisation contre le CPE, d'autres vont completer en invoquant le comportement de l'Unef : Appeller au boycott des elections, tout en presentant des listes, et en appellant au blocage des facs dans la France.

    Je t'invite à lire les commentaires precedents qui abordent les points que tu souleves.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  12. vous chier sur l unef mais l emf me fait beaucoup plus peur!
    ne vaut il pas mieux que le débat démocratique se fasse autour de nos opinions politiques plutot que nos origines ethniques ou religieuse?
    ne vous tromper pas d ennemis : les militants unef finissent tous au parti socialiste, des sociaux-libéraux qui n'ont rien d'effrayants...
    elsa +++

    RépondreSupprimer
  13. Elsa soigne ton vocabulaire. Ici t'es pas chez les SOcs et encore moins chez les COCOS.

    RépondreSupprimer

Vous êtes responsable du contenu de votre commentaire.

Ce blog est totalement indépendant de l'administration de Lyon III et ne reflète en aucun cas de quelconques prises de position de cette Université.