jeudi 28 décembre 2006

L'Unef ne sait pas payer.


Il est toujours bon de voir un peu ce qu'il se passe "en face"
C'est un étudiant de Lyon II qui a eu la bonne idée de nous envoyer cette photo d'affiche prise en plein jour d'élection.
On pense de suite au fameux "discution" de l'époque anti-cpe, mais ne nous affolons pas sur une faute de la sorte, à l'Unef on a du mal à conjuguer le verbe payer.

Ces frais "illégaux" parlons-en.

A Lyon III ils correspondent pour la plupart à des services facultatifs, comme par exemple disposer de l'accès complet aux outils technologiques (qui permet par exemple de voir son groupe de TD ou sa place aux examens).
Il n'est évidemment pas nécessaire de payer les 39 Euros demandés pour accéder à l'intranet, aux ordinateurs mis à disposition ou à l'une des 170 bornes d'accès WiFi.
La pratique du sport, facultative également, suit ce même principe. Personne n'est forcé à participer à une activité sportive. Si l'étudiant ne le désire pas, il ne paye pas les 20 Euros demandés.
Je vous laisse ensuite sur les 2 euros pour les frais de reprographie, pensez à tout ce papier utilisé pour nous...

Sachez que la demande de l'Unef devant le Tribunal Administratif a été jugée « irrecevable » par le commissaire du gouvernement après une erreur de procédure.
C'est donc la demande du recteur de Lyon, Alain Morvan, qui a été examiné.

Pendant que l'Unef vient donner des leçons sur des frais facultatifs, ce même syndicat fait annuler des élections de Crous partout en France afin de regagner des élus (et donc des élus au Cnous qui déterminent les subventions accordées) et en donnant par la même occasion la même idée à la Cé(FDT) pour nos élections aux Conseils Centraux.

Plus que jamais :
Unef, le syndicat de l'argent.

dimanche 24 décembre 2006

Souvenir de Noël 1980.


Pour les présidentielles de 1981, le Saint Père de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) n'avait pu obtenir les fameuses 500 signatures.
Ce dernier posa une requête au Conseil Constitutionnel remettant en cause la forme de présentation des candidats (et puis quoi encore), cette même requête fut rejetée.

Pour que Olivier Besancenot puisse une nouvelle fois reprendre le flambeau rouge, tapez 1.

dimanche 17 décembre 2006

Décryptage du socialisme français.

Comment parler du socialisme en seulement quelques lignes ?

En effet, le socialisme est un vaste courant de pensée théorisant une pensée politique, économique et philosophique qui émergea des désastres humains que put causer la révolution industrielle.
Derrière le socialisme, se cache, à l'origine, plus qu'un simple idéal, mais une véritable espérance dans la réalisation d'une société plus humaniste et plus égalitaire.
Impossible donc que de ne pas s'affirmer socialiste. Chacun d'entre nous, du moins je le souhaite, espère que la société dans laquelle il vit soit plus humaine, plus juste, plus égalitaire.
Ce que le socialisme a peut être de plus attrayant, a contrario d'autres théories économiques comme le libéralisme, c'est qu'il n'est pas né de la raison de l'Homme mais qu'il est né de sa passion. Il prend l'Homme dans son coeur et non dans son esprit. Pas de raisonnement juste du sentiment.
Le socialisme a donc cette caractéristique que d'être inhérent à l'Homme.


Seulement, qu'en est il du socialisme, non plus théorisé, mais du socialisme mis en pratique ?

Il est indéniable que le socialisme a apporté beaucoup à notre société. Le "Front Populaire" en est un très bon exemple. Bien que désastreux du point de vue économique, plus personne ne remet aujourd'hui en cause les acquis sociaux nés de cette période.
Seulement, il arrive un stade ou "Trop de socialisme, Tue le socialisme" et la France semble bien en être arrivé à ce stade.
En effet, le pays le plus socialiste du monde n'est plus en très grande forme et ce depuis une trentaine d'années. La croissance stagne, le nombre de chômeurs est en permanence au dessus d'un seuil intolérable pour un pays développé, les finances de l'Etat touchent le fond, le pouvoir d'achat ne décolle pas.

Pourtant nous appliquons toutes les politiques socialistes que les grands maitres à penser du socialisme ont théorisé.
Nationalisations, fonction publique représentant plus d'un emploi sur quatre, dépenses publiques colossales, redistribution, impôts élevés, Etat omnipotent.... Tout est là pour que la théorie de Keynes fasse de notre économie, l'économie la plus prospère du monde. Pourtant nos deux millions de chômeurs et nos 7 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté viennent contredire cette thèse. L'Angleterre libérale à nos cotés fait mieux que nous, avec son taux de chômage à 4,5% de la population active et "seulement" 5 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

A qui la faute ?

La faute, à ces décennies de politiques socialistes outrencières et incohérentes ; mises en place pour satisfaire sur le coup le bon peuple qui sans usage de sa raison s'est laissé prendre aux pièges de ses passions.
L'archaisme du socialisme français est aujourd'hui remis en cause par personne. Alors que Royal fait rire le monde entier, une partie des français l'idolatre alors que cette même personne défend le système, défend les 35 heures, défend les privilèges d'une fonction publique qui nous ruine en représentant pour le seul financement des traitements et salaires des fonctionnaires la moitié du budget de l'Etat.

Le socialisme français aujourd'hui ce n'est plus la défense d'une société égalitaire et juste, c'est cette thérorie économique qui a pour seul objectif de péréniser les avantages des plus fainéants d'entre nous. Alors que certains travaillent de moins en moins pour toucher de plus en plus, on demande de faire toujours plus d'efforts à la France qui se lève et bosse dure.

Le socialisme français c'est aujourd'hui le parti de toutes les inégalités qui a mis fin à la méritocratie qui seule permettait l'ascension sociale.

Dommage une si belle philosophie pour un si mauvais usage.

vendredi 15 décembre 2006

Préparons le changement

Nous avons été très amusés par la campagne d'affichage du MJS (proche de l'Unef et du PS) autour de la manufacture et un peu ailleurs.
Pour cette raison, nous avons également decidé de préparer le changement.


Cliquez pour agrandir

Le tract démago original du MJS est ici

Ce blog est totalement indépendant de l'administration de Lyon III et ne reflète en aucun cas de quelconques prises de position de cette Université.