jeudi 19 avril 2007

13 raisons de ne pas préférer la blague Bayrou

Voici 13 bonnes raisons de ne pas voter en faveur de François Bayrou dimanche 22 avril


- Bayrou, qui prétend incarner la nouveauté dans la vie politique française oublie souvent de préciser qu'il a été ministre pendant plus de quatre ans. Bayrou a été ministre de l'Education nationale de 1993 à 1997 avec un bilan peu glorieux (cf. mobilisations contre la loi Falloux).

- Bayrou qui prétend lutter contre le système oublie qu'il doit son existence et sa survie politique grâce à celui-ci. Bayrou est « contre le système » lors des campagnes électorales, par contre lorsqu'il s'agit de choses plus concrètes et notamment lors des seconds tours d'élections… Par exemple, le groupe des 29 députés UDF ne doit son existence qu'à la seule et unique bienveillance de certains députés.

- Bayrou confond la politique avec un jeu de Légo. Bayrou veut créer un gouvernement (autour de sa personne bien sûr) où se mélangeraient l'UMP, le PS, l'UDF, les communistes etc… Supposons que cela se fasse, quelle serait alors la politique commune d'un tel gouvernement sur des sujets épineux comme les 35 heures, la fiscalité, l'entrée de la Turquie dans l'UE ou bien encore la lutte contre l'immigration clandestine ?
Au lieu de sortir du système, Bayrou veut en fait le mélanger. Sorte de IV e République avec l'instabilité gouvernementale qui la caractérisait.

- Bayrou veut transformer la France en une simple petite région d'une grosse Europe fédérale et bureaucratique. N'oublions pas que comme Sarkozy et Royal, qu'il a défendu le OUI à la Constitution Européenne en 2005. Encore plus à droite que Sarkozy sur ce sujet, Bayrou est prêt à intégrer le "tout-Europe" en accordant une plus grande importance à Bruxelles, au détriment de l'Etat.

- Bayrou bénéficie du soutien de nombreux communautaristes. Ainsi, le président du CRAN, Stéphane Lozès, est membre de l'UDF et il en a même porté l'étiquette lors des élections législatives de 2002 à Paris. Pour les élections législatives, l'UDF compte investir comme candidats de nombreux communautaristes plus ou moins extrémistes : Ribbe par exemple à Sarcelles.

- Bayrou a une position extrêmement floue vis-à-vis du terrorisme et nous en avons pour preuve sa volonté de nouer un dialogue avec les terroristes basques de l'ETA.

- Voter Bayrou, c'est voter à droite. Depuis toujours, l'UDF conclue des alliances avec l'UMP. S'ils ont été par moment opposés dans le cadre de campagnes électorales, au final l'UDF a toujours eu besoin de l'UMP pour exister sur le plan électoral (les dernières élections régionales sont encore là pour le rappeler).

- Pour être à la tête de l'Etat, il convient d'avoir une politique d'ensemble très cohérente avec des repères idéologiques forts et cela n'est apparemment pas le cas de Bayrou. S'en référer constamment au centre dans chaque discours, c'est faire preuve d'une nullité idéologique et intellectuelle.

- Bayrou est une création plus ou moins récente des institutions de sondages.
Comment arrive t-on à expliquer démographiquement, politiquement et statistiquement que l'on passe en l'espace d'un mois de 6% à plus de 24% des intentions de vote (soit un gain de plus de 6 millions d'électeurs en un mois) ?

- François Bayrou a proposé l'organisation d'un débat sur Internet entre lui-même, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen arguant que l'Internet était « un espace (qui) n'est pas limité » par l'égalité des temps de parole exigée sur les médias audiovisuels.
Or, il semble oublier que nous sommes en démocratie. Et qu’en démocratie, il y a des règles. Parmi celles-ci, figure la règle officielle définie par le CSA qui prévoit une égalité des temps de parole entre tous les candidats.

- Il est étrange de voir que de nombreux centristes respectables de l’UDF ne soutiennent clairement pas Bayrou pour cette élection, comme Valérie Giscard d’Estaing ou Simone Veil mais encore André Santini, Gilles de Robien, les députés Christian Blanc et Pierre-Christophe Baguet.

- A l’inverse, de grandes pointures soutiennent Bayrou comme Patrick Sébastien, Florent Pagny (l’homme qui préfère frauder le fisc et fumer du shit), Laurent Ruquier (prêt à voter Bayrou si son premier ministre sera de gauche), ou encore Azouz Begag.

- La France ne peut être confiée à un homme s’affirmant à droite un jour, et à gauche le lendemain avec le prétexte du centrisme.
De plus, Bayrou prend sans cesse le model de l’Allemagne. Il n’est pas sans savoir que ce « model » est désapprouvé par plus de 45% des allemands, et que ce dernier fait le jeu des extrêmes de gauche comme de droite.

3 commentaires:

  1. On dirait que l'auteur de l'article est souverainiste nationaliste de gauche. Du PT peut- être? J'ai bien rigolé quand j'ai lu que Bayrou est encore plus à droite que Sarko au sujet de l'Europe en voulant plus de fédéralisme. Mais sache que plus on est à droite, plus on est contre cela... le pro-européanisme est justement une opinion du centre.

    RépondreSupprimer
  2. Bayrou c'est en effet la blague de cette élection.
    Comment peut-on faire croire que ce qui ne marche que très moyennement en Allemagne, et désapprouvé par la population, fonctionnera en France, tout en sachant la conjoncture particulière de notre pays.
    Je suis allé au meeting de ce dernier à Lyon la semaine dernière, et son discours me laisse très perplexe sur ses visions des choses, sorte de mélange flou de tout et n'importe quoi suivant la tendance du moment.

    RépondreSupprimer
  3. BONNIE ROYAL AND CLYDE BAYROU « CASSEURS » DE LA REPUBLIQUE ?

    Il ne pleut que sur les mouillés...nous dit le proverbe !

    Ainsi , au delà de notre désarrois , au delà des crises profondes économiques que traverse notre société , au delà de nos espoirs toujours tenaces de nous en sortir face à la délinquance , face aux problèmes liés à l'immigration et aux menaces terroristes , il nous faudrait encore , nous , citoyens de France , consentir à laisser nos dernières richesses morales , offertes à ce couple de voyous incestueux : Bonnie and Clyde ?



    La France ne mériterait donc rien d'autre dans son malheur que d'être dirigée par deux racketteurs de voix sans scrupules ? Deux êtres prêts à tout pour s'emparer du pouvoir , fût-ce en fracassant nos vitrines à coups de béliers , par pure ambition personnelle ?



    Bonnie and Clyde au pouvoir ?

    Une mégalomaniaque schizophrène associée à un opportuniste sans morale ni loi ?

    Une milliardaire socialiste et un faux centriste plus tiers-mondiste que défenseur des citoyens?

    Une illuminée d'un ordre juste Bréjnévien et un « sans parti », plus royaliste que démocrate ?

    La bêtise associée au mensonge ?

    Ou bien l'inverse ?

    Un programme dément pour l'une , une absence totale de programme pour l'autre ?

    Et quoi d'autre ?



    La France se laisserait ainsi dépouiller par une association de nullités durant cinq années sans broncher ?

    La France verrait des hordes de voyous , de sans papiers de tous horizons , emboîter le pas de ce couple d'irresponsables sans réagir ?

    La France se laisserait tondre docilement uniquement pour satisfaire la soif d'enrichissement de deux pervers échoués par hasard en politique ?



    Mais qu'est que veut Rocard exactement ? Porter le Front National au pouvoir grâce aux ravages commis par le couple Ségolène -Bayrou ? Est-ce là le cocktail Molotov concocté pour la France par l'ancien ministre trotskyste ? Pense-t-il que c'est là ce que la France mérite ?



    BARRONS LA ROUTE AU FRONT NATIONAL

    BARRONS LA ROUTE A LA GAUCHE CAVIAR QUI N'A PLUS RIEN DE SOCIALISTE

    BARRONS LA ROUTE A BAYROU TOUT AUSSI DANGEREUX PAR SES INCERTITUDES , SON INCOMPETENCE , ET SES ALLIANCES CONTRE NATURE



    LE 22 AVRIL , COMME LE 6 MAI , NOUS N'AURONS QU'UNE SEULE ALTERNATIVE
    DE SALUT PUBLIC : VOTER POUR NICOLAS SARKOZY .



    IL EN IRA NON SEULEMENT POUR NOTRE AVENIR MAIS AUSSI ET SURTOUT POUR CELUI DE NOS ENFANTS DE FRANCE

    BONNE CHANCE , BON VOTE , ET MERCI A TOUS
    ( par gold31 )

    RépondreSupprimer

Vous êtes responsable du contenu de votre commentaire.

Ce blog est totalement indépendant de l'administration de Lyon III et ne reflète en aucun cas de quelconques prises de position de cette Université.