vendredi 27 avril 2007

La France et Lyon votent majoritairement Sarkozy.

Voici les chiffres définitifs de ce premier tour de l'élection présidentielle 2007 sur Lyon, tout arrondissements confondus :

Le taux de participation élevé ne fait que rajouter plus de crédibilité au scrutin.

Sur le plan national, le projet du candidat UMP rassemble 11 millions d'électeurs et arrive en tête sur Lyon avec 34,46%. Cette place se retrouve dans de nombreuses communes qui étaient des bastions de la gauche et du vote communiste.

Cette extrême gauche justement s'effondre totalement pour notre plus grand plaisir. Le PCF réalise l'exploit de réaliser un score encore plus médiocre que 2002.
Avec un taux de participation aussi elevé, il va être difficile de se trouver de bonnes excuses si ce n'est que le seul programme de nos amis extrémistes communistes (PCF, LO, LCR et Bové) étaient de faire de l'anti-Sarkozy. Une stratégie qui finalement ne représente que ceux qui l'utilisent (10% en les additionnant, pour être gentil).

Le MPF de Philippe de Villiers réalise un très faible score malgré une campagne d'affichage très présente sur Lyon.
Le Front National, tout en gardant son électorat, n'a pas créé la "surprise de 2002".
Les 4 millions de nouveaux inscrits n'ont semble-il pas joués en la faveur du parti de Jean-Marie Le Pen, de plus le "vote contestataire" s'est porté ce coup-ci sur François Bayrou.
En effet, lors du passage de ce dernier à Lyon, les personnes présentes à son meeting étaient plus des "anti machin et anti truc", symbolisés par un mélange de mauvais genres et beaucoup de jeunes paumés qui n'avaient pas entendu parler de l'UDF avant sa montée (artificielle?) dans les sondages ...

Royal qui, malgré un programme qui ressemble plus à un catalogue Ikea, nous propose des meubles mais sans pièces pour les monter. En dépit de ses propos honteux en Chine sur leur justice (cf. vidéo), malgré la bravitude, malgré les propos sur l'indépendance de la Corse et du Québec, malgré sa très maladroite visite au Proche-Orient, et j'en passe, la candidate PS a joui de la compassion d'une certaine partie de la population qui voyait en elle une pauvre victime du fait de son sexe féminin. C'est Dominique (Voynet) qui doit avoir les boules !


Piqure de rappel

En bref, on ne peut que saluer la très belle performance des partis d'extrême gauche.
Nous saluons Arlette pour toutes ces années passées à rêver au grand soir,
Marie-Georges pour avoir réussi avec brio ce front anti-libéral,
José pour avoir encore plus foutu la merde avec ses camarades,
Olivier qui a de l'avenir mais qui se trouve coincé dans un parti qui n'en a pas,
sans oublier Gérard qui a même réussi à recruter Guillaume, étudiant (?) à Lyon III et ancienne tête du funeste comité de mobilisation contre le CPE et la LEC de notre université.

A tous ces gens d'extrême gauche, sachez que plus que jamais, vous ne représentez que vous mêmes et qu'à votre place, je me sentirai un peu con de me forcer à voter Royal ... mais il faut bien savoir se faire utiliser parfois !

Pour finir, remercions les pseudo comités anti Sarkozy pilotés par les MJS, SOS Racisme, Act'Up etc ... A tant vouloir diaboliser Sarkozy, vous avez amené les gens à s'intéresser au programme de ce candidat. On voit le résultat final ! Il ne fallait pas croire que tous les français sont aussi creux que vous.

Lisez cet article sur le blog de VA

jeudi 19 avril 2007

13 raisons de ne pas préférer la blague Bayrou

Voici 13 bonnes raisons de ne pas voter en faveur de François Bayrou dimanche 22 avril


- Bayrou, qui prétend incarner la nouveauté dans la vie politique française oublie souvent de préciser qu'il a été ministre pendant plus de quatre ans. Bayrou a été ministre de l'Education nationale de 1993 à 1997 avec un bilan peu glorieux (cf. mobilisations contre la loi Falloux).

- Bayrou qui prétend lutter contre le système oublie qu'il doit son existence et sa survie politique grâce à celui-ci. Bayrou est « contre le système » lors des campagnes électorales, par contre lorsqu'il s'agit de choses plus concrètes et notamment lors des seconds tours d'élections… Par exemple, le groupe des 29 députés UDF ne doit son existence qu'à la seule et unique bienveillance de certains députés.

- Bayrou confond la politique avec un jeu de Légo. Bayrou veut créer un gouvernement (autour de sa personne bien sûr) où se mélangeraient l'UMP, le PS, l'UDF, les communistes etc… Supposons que cela se fasse, quelle serait alors la politique commune d'un tel gouvernement sur des sujets épineux comme les 35 heures, la fiscalité, l'entrée de la Turquie dans l'UE ou bien encore la lutte contre l'immigration clandestine ?
Au lieu de sortir du système, Bayrou veut en fait le mélanger. Sorte de IV e République avec l'instabilité gouvernementale qui la caractérisait.

- Bayrou veut transformer la France en une simple petite région d'une grosse Europe fédérale et bureaucratique. N'oublions pas que comme Sarkozy et Royal, qu'il a défendu le OUI à la Constitution Européenne en 2005. Encore plus à droite que Sarkozy sur ce sujet, Bayrou est prêt à intégrer le "tout-Europe" en accordant une plus grande importance à Bruxelles, au détriment de l'Etat.

- Bayrou bénéficie du soutien de nombreux communautaristes. Ainsi, le président du CRAN, Stéphane Lozès, est membre de l'UDF et il en a même porté l'étiquette lors des élections législatives de 2002 à Paris. Pour les élections législatives, l'UDF compte investir comme candidats de nombreux communautaristes plus ou moins extrémistes : Ribbe par exemple à Sarcelles.

- Bayrou a une position extrêmement floue vis-à-vis du terrorisme et nous en avons pour preuve sa volonté de nouer un dialogue avec les terroristes basques de l'ETA.

- Voter Bayrou, c'est voter à droite. Depuis toujours, l'UDF conclue des alliances avec l'UMP. S'ils ont été par moment opposés dans le cadre de campagnes électorales, au final l'UDF a toujours eu besoin de l'UMP pour exister sur le plan électoral (les dernières élections régionales sont encore là pour le rappeler).

- Pour être à la tête de l'Etat, il convient d'avoir une politique d'ensemble très cohérente avec des repères idéologiques forts et cela n'est apparemment pas le cas de Bayrou. S'en référer constamment au centre dans chaque discours, c'est faire preuve d'une nullité idéologique et intellectuelle.

- Bayrou est une création plus ou moins récente des institutions de sondages.
Comment arrive t-on à expliquer démographiquement, politiquement et statistiquement que l'on passe en l'espace d'un mois de 6% à plus de 24% des intentions de vote (soit un gain de plus de 6 millions d'électeurs en un mois) ?

- François Bayrou a proposé l'organisation d'un débat sur Internet entre lui-même, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen arguant que l'Internet était « un espace (qui) n'est pas limité » par l'égalité des temps de parole exigée sur les médias audiovisuels.
Or, il semble oublier que nous sommes en démocratie. Et qu’en démocratie, il y a des règles. Parmi celles-ci, figure la règle officielle définie par le CSA qui prévoit une égalité des temps de parole entre tous les candidats.

- Il est étrange de voir que de nombreux centristes respectables de l’UDF ne soutiennent clairement pas Bayrou pour cette élection, comme Valérie Giscard d’Estaing ou Simone Veil mais encore André Santini, Gilles de Robien, les députés Christian Blanc et Pierre-Christophe Baguet.

- A l’inverse, de grandes pointures soutiennent Bayrou comme Patrick Sébastien, Florent Pagny (l’homme qui préfère frauder le fisc et fumer du shit), Laurent Ruquier (prêt à voter Bayrou si son premier ministre sera de gauche), ou encore Azouz Begag.

- La France ne peut être confiée à un homme s’affirmant à droite un jour, et à gauche le lendemain avec le prétexte du centrisme.
De plus, Bayrou prend sans cesse le model de l’Allemagne. Il n’est pas sans savoir que ce « model » est désapprouvé par plus de 45% des allemands, et que ce dernier fait le jeu des extrêmes de gauche comme de droite.

mardi 17 avril 2007

Malheureusement toujours d'actualité


Le bilan global de ces soixante et un ans est positif. Le goulag ? A supposer qu'il existe... (Georges Marchais - 1978, à propos de l'URSS)

Le soviétisme a supprimé l'exploitation de l'homme par l'homme, a résolu des problèmes contre la faim, l'analphabétisation et le sous-développement. (Georges Marchais - 1989)


Nous nous situons complètement dans le prolongement de Marx. (Robert Hue - 1996)

Il est dérisoire et grotesque de réduire le bilan du communisme à cette comptabilité macabre. (Robert Hue - 1997, à propos du livre noir)

Jeannette Thorez (Janvier 1997, Le Figaro85 millions de morts à cause du communisme, c'est un terrible mensonge. J'ai toujours considéré que Staline était un grand homme, un véritable combattant, quelqu'un de raisonnable. (Jeannette Thorez -Janvier 1997, Le Figaro)

Je compte aujourd'hui des communistes dans mon gouvernement, et j'en suis fier ! (Lionel Jospin)

Il y a plus de choses qui nous lient au communisme que des choses qui nous en séparent. Il y a par-dessus tout le sentiment révolutionnaire. J’en ai toujours tenu compte et j’ai donné des ordre pour que les anciens communistes soient admis au Parti aussitôt. Le social-démocrate et le syndicaliste petit-bourgeois ne seront jamais nationaux-socialistes, mais le communiste le sera toujours. - (Adolf Hitler à Hermann Rauschning)

Le communisme, c'est le nazisme, le mensonge en plus. (Jean François Revel)

On ne peut pas être à la fois communiste, intelligent et honnête (Raymon Aron)

lundi 9 avril 2007

Rafle de sans-papiers par le trio CGT-CFDT-FO à Paris : syndicalisme fasciste !

La CGT, la CFDT et FO ont fait évacuer vendredi 6 avril des sans-papiers qui occupaient depuis une cinquantaine de jours la Bourse du Travail à Paris.

Dans un communiqué, le collectif de sans-papiers parle d'une "expulsion musclée".

Trois organisations syndicales dont la CGT ont procédé vendredi à l'évacuation d'un collectif de sans-papiers, qui occupaient depuis une cinquantaine de jours la Bourse du Travail à Paris, dans le 10e arrondissement. La CGT, la CFDT et FO ont fait évacuer par des militants plusieurs dizaines de sans-papiers du collectif, "parce qu'ils avaient transformé plusieurs salles de la Bourse en squat", a expliqué Didier Niel, secrétaire général de l'Union départementale de la CGT de Paris.

Il a démenti des allégations selon lesquelles les syndicalistes avaient fait usage de la violence pour déloger les clandestins, qui réclament leur régularisation et dénoncent des "expulsions massives et l'exploitation" des travailleurs sans-papiers. Habituellement, les sans-papiers sont délogés par les forces de l'ordre. "Ce n'est pas dans nos habitudes d'appeler la police. Il fallait mettre fin à ce squat. On l'a fait sans violence", a précisé Didier Niel.

"Cela fait plusieurs semaines que l'on essaie de discuter avec les occupants qui sont au moins une centaine le soir, avec des matelas à même le sol. Ils n'ont rien voulu savoir. Leur présence et la transformation des salles en squat étaient devenues gênantes pour les salariés de la Bourse", a-t-il dit. Dans un communiqué, le collectif concerné parle d'une "expulsion musclée" et souligne qu'il "ne se trompera jamais d'ennemis, contrairement à ce qu'ont fait les syndicats aujourd'hui".

...
C'est étrange, mais le fameux gymnase de Cachan (photo plus haut) émouvait plus que ça nos amis aux bons coeur et les "peoples".

Nous attendons donc que la CGT, la CFDT et FO viennent déloger les squatteurs à Lyon, comme par exemple dans le 7e près de Guillotière où des crasseux occupent illégalement un ancien commerce ("le Kahwa", 62 rue Montesquieu) et à l'angle de cette même rue un immeuble entier de quatre étages ("La Gargousse", 39 rue Sébastien Gryphe).
Sachez d'ailleurs que suite à une décision du Tribunal d'Instance, nos amis anarchistes et communistes sont expulsables depuis le 20 mars dernier, ce qui mettrait un terme aux trafics et consommations de stupéfiants divers, ainsi qu'aux troubles du voisinage.
Il est parfois utile de rappeler qu'un squat est considéré comme un délit en France, et ce depuis 1996.

N'hésitez pas à nous faire parvenir en commentaire les adresses des endroits squattés que vous reperez sur Lyon et ses alentours

Ce blog est totalement indépendant de l'administration de Lyon III et ne reflète en aucun cas de quelconques prises de position de cette Université.